Jusqu’à présent ministre chargé de la Ville et du Logement, Julien Denormandie, haut fonctionnaire réputé proche du président Emmanuel Macron, vient d’être nommé, ce lundi 6 juillet, ministre de l’Agriculture, dans le nouveau gouvernement Castex. Il remplace Didier Guillaume.

Agé de seulement 39 ans – il aura 40 ans le 14 août prochain – Julien Denormandie sera également en charge de l’alimentation.

Une nomination importante pour un responsable politique encore jeune et qui vient récompenser dans une certaine mesure une fidélité et un engagement sans faille pris auprès du chef de l’Etat.

Réputé en effet très proche d’Emmanuel Macron, qu’il tutoierait en privé, Julien Denormandie a fait toute sa carrière dans l’administration.

Diplômé de l’Ecole nationale des eaux et forêts, il a, en tant qu’ingénieur, travaillé au Trésor avant d’être repéré, en 2012, par Rémy Rioux, le directeur de cabinet de Pierre Moscovici à Bercy, qui cherchait un conseiller pour le commerce extérieur. 

A l’Elysée, où il conseille également François Hollande sur les affaires économiques, il sera ensuite repéré par Emmanuel Macron, de deux ans son aîné, qui le prendra sous son aile à Bercy une fois nommé ministre de l’Economie. Gagnant la confiance du futur chef de l’Etat, Julien Denormandie deviendra directeur adjoint de son cabinet.

Catholique discret, marié à Cécile Ophèle, une ingénieure agronome née elle aussi en 1980, ce père de quatre enfants est le premier, au printemps 2016 et au côté d’Ismaël Emelien, autre proche d’Emmanuel Macron, à mettre en forme En Marche ! le futur parti présidentiel.

Emmanuel Macron élu à la fonction suprême, Julien Denormandie est ensuite nommé secrétaire d’Etat chargé du Logement en juin 2017, dans le gouvernement Philippe II.

L’élève modèle de la Macronie y restera dix-huit mois avant d’être nommé, en octobre 2018, ministre chargé de la Ville et du Logement auprès de Jacqueline Gourault, la ministre de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales (maintenue, NDLR)

UN PARCOURS SANS FAUTE, DU MOINS SUR LE PAPIER

Poursuivant son ascension, Julien Denormandie est, depuis ce lundi 6 juillet, le nouveau ministre de l’Agriculture, dans le nouveau gouvernement de Jean Castex, qui remplace Edouard Philippe élu maire du Havre. A noter que son prédécesseur à l’Agriculture, Didier Guillaume, n’a, lui, pas été retenu dans la nouvelle équipe gouvernementale. 

Un parcours politique qui semble sans faute, donc, pour Julien Denormandie mais qui devra être confirmé à l’épreuve des faits.

Par ailleurs, si au Logement, le ministre Denormandie a su montrer une certaine sensibilité et capacité d’écoute, son bilan apparaît, selon les professionnels du secteur, plutôt mitigé. Défenseur d’un «choc d’offre» de construction censé faire baisser le prix des logements, celui-ci se fait toujours attendre et, crise épidémique oblige, a aujourd’hui plus que jamais du plomb dans l’aile dans un marché fragilisé.

Et à l’Agriculture, portefeuille qui en son temps a vu passer un certain Jacques Chirac, les sujets ne vont pas manquer pour cet homme de dossiers.

A commencer par la crise du coronavirus, justement, qui a entraîné à la fois de la surconsommation et de la surproduction, lesquelles ont déséquilibré des filières par dizaines.

Il devra, dans le même temps, renouer le contact avec un monde paysan englué dans une crise économique chronique, hostile par ailleurs à l’actuel chef de l’Etat, et qui lors des dernières présidentielles de 2017 avait voté majoritairement Marine Le Pen (20 %) loin devant Emmanuel Macron (14,5 %).

Retrouvez toute l’actualité politique ICI